On l’a déjà tous vu dans un film à un moment donné : un radeau de sauvetage est essentiel lorsqu’on prend un bateau. Même s’il y a de fortes chances que rien ne nous arrive sur l’eau, c’est quand même plus rassurant de savoir que le bateau possède un radeau de survie en cas d’extrême urgence. Et même si avoir un radeau à bord n’est plus obligatoire si on ne navigue pas en haute mer, il est quand même plus prudent d’en avoir dans le but d’assurer sa propre sécurité.

Concrètement, comment ça marche ?

Commençons par le commencement. Un radeau est un petit navire de survie, attaché sur le pont d’un bateau à l’aide d’une sangle. Il n’est pas un accessoire de base comme tous les autres, mais un équipement indispensable et vital. Habituellement très lourd, il doit néanmoins, se situer là où on pourra le jeter rapidement à la mer en cas d’incident. Il existe plusieurs modèles de radeau de survie dans ce cas, dont les modèles en caoutchouc, ceux en PVC ou encore avec un fond isolant ou gonflable. Il s’active à l’aide d’un simple cordon qu’on tire afin de déclencher un gonflement automatique de l’équipement. L’état du radeau de survie doit être vérifié environ tous les 3 ans, afin de s’assurer de son de la qualité de ses caractéristiques et de son fonctionnement.

Quel modèle choisir ?

Si auparavant, un radeau devait répondre au nombre de places d’un bateau, aujourd’hui, ce n’est plus d’actualité. En effet, de nos jours, le propriétaire a le droit de choisir un radeau de survie avec seulement le nombre de personnes à embarquer en cas d’urgence. Par exemple, votre bateau peut accueillir 12 personnes, mais comme vous êtes certains de ne jamais embarquer plus de 8 personnes, vous êtes donc libre d’acquérir le radeau de votre choix. Pour ce qui est du modèle recommandé, il faut savoir qu’un radeau gonflé à l’envers ou retourné par les vagues est difficile à renverser à nouveau dans le bon sens. Le mieux serait alors, d’opter pour un modèle auto-redressable, qui va vous faciliter la tâche dans des cas similaires. Et comme le temps que vous allez passer sur votre radeau de survie en cas de naufrage, n’est généralement pas défini à l’avance, nous vous conseillons de toujours préparer un sac de survie afin de rallonger vos chances de survie en hautes mers.

Les normes de sureté qui les régissent

Conformément aux normes ISO 9650 des radeaux de survie, les bateaux de plaisance mesurant plus de 24 mètres doivent posséder un radeau de survie. Ils sont répartis en deux types. Le premier, appelé aussi radeau de type II, est adapté à la navigation côtière. Et l’autre réservé à la navigation hauturière est appelé type I, idéal pour la navigation en haute mer. Les radeaux de type II sont plus légers que le type I, mais le plus souvent, ils ne sont pas faits pour naviguer pendant des intempéries. Les radeaux de type I sont donc, à privilégier. En plus d’être plus résistants et plus performants, ils peuvent également, être actionnés sans problème à des températures pouvant varier de – 15°C à + 65°C. Par ailleurs, si un radeau doit contenir une réserve spéciale en eau et en nourriture, vous avez également le choix d’y installer un sac de survie comportant le matériel de votre préférence pour subvenir à vos besoins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *